Questions d’êtres

Science et Vie : notre cerveau et Dieu

Notre cerveau est programmé pour croire....
jeudi 24 novembre 2011 par BABA

De récents travaux en neurobiologie le montrent : structure, chimie, cognition, tout dans notre cerveau nous pousse à croire. Une molécule "de la foi" aurait même été identifiée !

Notre étonnante aptitude à croire en quelque chose de supérieur trouve sa source, non au ciel, mais dans notre cerveau ; notre encéphale apparait idéalement structuré pour une adhésion à l’idée du divin.

Les récits de fusion mystiques ne sont pas moins universels mais des neurobiologistes ont découvert une petite molécule surprenante qui engendre les mêmes phénomènes.

La science nouvelle appelée neurothéologie a pour objectif d’identifier les mécanismes cognitifs qui régissent la croyance en Dieu.

" la définition de Dieu diffère de celle des théologiens. Pour les neurobiologistes, il se définit comme une entité supérieure, souvent invisible et à l’origine du monde." ( citation de Andrew Newberg )

La sérotonine est une substance qui dans le cerveau, transmet l’information d’un neurone à l’autre, impliquée par ailleurs dans les sensations de faim, soif, sommeil. Elle est susceptible d’engendrer des états similaires à ceux produits par des drogues ( LSD par exemple). On s’est aperçu que parmi 15 volontaires, la sérotonine permettait une propension à voir le monde habité par le divin, une "religiosité", dépendant du taux de sérotonine.

Une biologiste Catherine Belzung dit :" Si la croyance en Dieu peut certes être favorisée par l’action d’une molécule comme la sérotonine, elle ne peut en aucun cas se résumer à l’action exclusive de cette dernière." Il n’empêche, nous croyons parce que notre cerveau nous y programme chimiquement. Mais pas seulement...

Certaines aires cérébrales sont impliquées dans la sensation d’une présence divine. Le cortex pariétal supérieur. Plus l’activité de cette zone est ralentie et plus le fameux sentiment de fusion mystique est manifeste.

Au départ, à sa naissance, l’humain possède de façon inné la faculté de faire la différence entre naturel et surnaturel.

"Ce que ces travaux mettent en évidence, c’est que nous sommes très bien équipés cognitivement pour croire. En revanche, il ne se prononcent en aucun cas sur l’existence effective d’un Dieu. "(citation de Andrew Newberg )

La religion est en tous les cas, lorsqu’elle est pratiquée avec sérénité comme dans le bouddhisme et les méditations, très efficace contre la maladie d’Alzheimer : c’est une étude qui le suggère dirigée par un neurologue en 2004 , basée sur l’observation et un questionnaire sur des sujets entre 49 et 94 ans. La maladie est plus lente chez ceux qui croient. pas d’explication à cela !

C’est aussi un bon remède contre l’anxiété.

Réfléchissons à cette phrase : - la peur de la mort existera toujours, Dieu ne peut donc pas disparaître.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 994 / 66250

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le portail des Sciences   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License